///

Haïti / Sécurité: La sécurité Nationale, une lutte permanente des autorités concernées.

Alors que la police nationale d’Haïti recherche les criminels pour les faire connaitre à la justice qui elle-même dans ses attributions se prononcera sur le sort pénal si cela toutefois s’est avéré nécessaire, la criminalité ne cesse de s’accroître dans la famille haitienne qui y paye un lourd tribut.

A chaque fois qu’il y a une hausse relative de l’insécurité, notamment dans la région métropolitaine, les attentions des uns et des autres sont dirigées vers l’institution policière. Tandis que, au point où s’est aggravé le banditisme, et autres phénomènes sociaux assimilés, aucun effort particulier et/ou isolé n’apportera de fruit si ce n’est un travail de l’ensemble des autorités combinées impliquées dans une démarche synergique calculée en vue d’aspirer à une paix véritable et durable.

En effet, le problème de l’insécurité, autant dire, ne sera pas résolu dans la déresponsabilisation de certaines autorités au niveau de l’Etat ni de la dépénalisation des criminels. Si chaque instance appelée à remplir sa tâche autant que fait la PNH d’ailleurs qui ne paye de mots sa mission mais d’actions policières en majeur répressives réalisées sur le terrain, un climat beaucoup plus enclin à la clémence sociale pourrait s’installer laquelle est favorable à une éclosion des différents secteurs d’activités économiques.

Les récentes opérations menées par la police nationale au cours des dernières semaines témoignent de cette volonté de la PNH à jouer sa partition dans cette chaîne où chaque secteur doit s’impliquer.

La résolution de l’enquête en rapport à la séquestration suivie de l’assassinat crapuleux d’Evelyne Sincère illustre cette capacité technique et la maturité de l’institution policière à répondre à l’une de ses prérogatives consistant à poursuive tout individu s’adonnant à des activités de criminalité et de banditisme.

Durant le mois dernier, plusieurs réseaux de gangs ont été démantelés. A Liève, une localité dans le département des Nippes,les forces de l’ordre ont stoppé le chef de gang, Luckson Celestin alias Sonson ainsi que beaucoup d’autres individus qui étaient sur ses ordres. Des armes lourdes automatiques et munitions ont été récupérées entre autres sur les lieux par les agents des unités SWAT et BRI qui ont conduit cette opération.

En outre, le nommé Edrick Bazil, un présumé bandit notoire accusé d’implication dans l’enlèvement de l’ancien député Jean Robert Bossé a été appréhendé le mercredi 14 octobre 2020 par les agents de la SDPJ département des Nippes. Le dit présumé bandit a été neutralisé dans la commune d’Aquin dans une petite localité appelée Bouzi.

Bref, cette série d’opérations réalisées est le début de la mise en branle dans le cadre des nouvelles instructions stratégiques données par le commandant en chef de la PNH, Rameau Normil, en vue de s’attaquer à l’insécurité et au phénomène récurrent de kidnapping. Mettre les bandits hors d’état de nuire tout en imposant un climat de paix et de sécurité pour tous est entre autres un but dont le directeur général de la PNH, Rameau Normil, ne veut pas s’en démordre.

Faire de la PNH un bouc émissaire jusqu’à mettre en doute le professionnalisme de son actuel directeur général ainsi que son haut niveau de capacité technique, est donc, d’emblée, mal appréhendé ce fait de société. Sinon, vous en avez la garantie, Rameau Normil aura fait son cours en sa qualité de DG-PNH en s’échinant à contrecarrer cet ennemi commun, elle sera demeurée aussi bien que les inquiétudes s’y rapportant ne seront non plus dissipées tant que ce problème social ne soit abordé par les autorités compétentes dans une perspective globale de sécurité publique.

Alors, si telle est la situation réellement, pourquoi fait tant payer à un chef police ayant hérité d’une situation de turbulences sociopolitiques difficiles et bien plus d’une police nationale presqu’émiettée, tous les pots cassés de cette insécurité dont la solution, le sait-on, résulterait d’ un faisceau de forces concourantes.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.